Associations franco-roumaines

L’Institut Culturel Roumain de Paris met à jour sa base de données des associations franco-roumaines actives en France. Si vous gérez une telle association laissez-nous vos contacts : click ici pour le formulaire en ligne.

Dor de litere române ?

Image

Acum vreo patru ani Jurnalul National a avut o initiativa frumoasa : cot la cot cu editura Curtea Veche, au inceput sa publice mari opere ale literaturii romane. Colectia se numeste Biblioteca pentru toti. Multi dintre noi am crescut cu aceasta colectie, nu-i asa?

BICRP – Biblioteca Institutului Cultural Roman de la Paris – dispune de un numar considerabil din cartile Biblioteca pentru toti / Jurnalul National. Verificati aici daca volumul de care va este dor este disponibil in 1 rue de l’Exposition, Paris 7.

Va asteptam cu un cec de cautiune de €50 (incasat doar in cazul in care nu returnati cartile imprumutate) si un act de identitate. Inscrierea la biblioteca este gratuita. Orar : lun-vin 10.00 – 13.00 / 14.00 – 18.00.

PS pour notre public français : la collection Biblioteca pentru toti est publiée entièrement en roumain. L’Institut Culturel Roumain de Paris organise chaque année un cours de langue roumaine.

Fotograful operei lui Emil Cioran

De la Paris in 2011, pentru anul Cioran 100, la Bucuresti in 2012, Scoala Fotopoetica cu expozitia « Despre neajunsul de a te fi nascut ».

Francisc Mraz este unul dintre fotografii români care încearcă să alunge convenționalul, dulcegăriile, epicul și să redea lumea așa cum este în fotografiile pe care le face……

via Fotograful operei lui Emil Cioran.

Sursa: DigiTV

Mandrie si beton : Petrut Calinescu

L-am cunoscut pe Petrut Calinescu in vara anului 2011 cand a venit vreo luna la Paris ca sa ii cunoasca pe maramureseni. E un tip timid dar ceva din pasul lui apasat iti spune ca are o idee si e hotarat sa o duca la capat. Acum iata-l expunand la Muzeul Taranului Roman in Bucuresti (19 noiembrie – 08 decembrie 2011) iar in 2012 poate la Berlin. Bucata pariziana a proiectului a fost completata in cadrul unei burse castigate cu programul Rezindente de creatie la ICR Paris.

L-am intrebat pe Petrut Calinescu de unde a venit si incotro merge acest proiect…

De unde a venit ideea proiectului Mandrie si beton?

Trăim o perioada interesantă,  se intamplă nişte tranzitii extraordinar de rapide la sat, dar aproape nimeni nu le documentează vizual. Fotografii (şi aici mă recunosc şi eu uneori) au tendiţa de a înregistra exclusiv lucrurile care le par lor pe cale de dispariţie. Ei cred că înregistrează o lume care e pe moarte, salvand-o  astfel, decupează doar latura arhaica şi idilică a satului, refuzând tot ce e nou şi astfel se face că mai nimeni nu fotografiează întregul tablou, ce se întâmplă astăzi cu adevarat. Asa ca mi-am propus sa arat cele doua lumi care inca coexista si contrasteaza puternic: cea traditionala si cea moderna, accelerata de castigurile celor care muncesc in strainatate.

Cat ai lucrat la acest proiect? Cu cine ai colaborat si pe ce parti ale proiectului? Este el terminat?

In totalitate am lucrat, puse cap la cap, vreo 4-5 luni, insirate pe parcursul unui an si un pic. Am inceput cu 2 granturi de la World Press Photo si Robert Bosch, apoi am obtinut o finantare AFCN pentru a putea face expozitiasi in cele din urma cu ajutorul ICR-ului Paris m-am putut intoarce aici si am finalizat partea de documentare in strainatate. Momentan finantarile s-au terminat, dar nu si proiectul. Imi doresc foarte mult sa pot publica o carte la sfarsit, dar pana atunci ma gandesc sa vad ce se intampla si prin alte regiuni ale tarii care trec prin situatii asemantoare.

Cum a fost sa te integrezi in cotidianul maramuresenilor de la Paris? Le-ai castigat usor increderea? Ai ramas prieten cu ei?

La Paris a fost greu să-i prind pentru că lucrează de dimineaţa până seara, iar în weekend încearcă să îşi ia ore suplimentare, aşa că, de fapt, am avut puţin timp la dispoziţie ca să îi fotografiez la ei acasă. Mulţi nu voiau să fie asociaţi cu imaginea din străinătate, unde nu locuiesc în condiţii atât de bune ca cele din ţară. M-a ajutat extraordinar de mult un fotograf din Negreşti, Remus Ţiplea, pe care l-am cunoscut la începutul documentării şi am rămas prieteni. Iarăşi, personaje cheie din cadrul comunităţii, Irina din Târşolţ, Moşul Cotroş şi Patrick din Certeze m-au ajutat foarte mult, atât în ţară, cât şi la Paris, şi m-aş bucura să le pot mulţumi şi aici.

Ce s-a intamplat cu proiectul dupa luna de Rezidenta de creatie? Ce vrei sa faci in continuare cu el?

Rezidenţa mea la Paris a fost în luna octombrie iar vernisajul expoziţei de la Muzeul Taranului Român a fost pe 29 noiembrie. In ianuarie sunt in discuţii sa duc expozitia la Berlin, iar in august 2012 va ajunge fix de unde a plecat, in Negresti Oas. De aici ar fi bine sa ajunga si mai departe in cadrul comunitatiilor, la Paris.

Petrut Calinescu : www.petrut-calinescu.com

(OH)

« Memories for my Children », par Andra Baltoiu: une exposition photo Michele Bressan dans 1 Rue de l’Exposition Paris 7ème

Avec « Memories for my children », Michele Bressan s’installe dans la mémoire collective en mettant en scène des photographies trouvées. Il devient le commissaire d’une exposition dans laquelle non seulement il n’est pas le seul auteur des images présentées, mais il se fond dans la masse des photographes anonymes. Et cela, il invente son héritage visuel…

L’exposition « Memories for my children » interroge la manière dont les souvenirs, personnels ou collectifs, prennent naissance. C’est une  sorte d’analyse photographique des choses dont nous avons choisi de garder la mémoire, de la façon dont nos souvenirs influent sur la compréhension de la réalité et la raison pour laquelle nous avons besoin de transmettre nos expériences.

Ces photographies anonymes complètent en quelque sorte l’histoire personnelle de Michele Bressan avec des souvenirs empruntés, des situations ou des moments qu’il aurait voulu vivre lui-même. Pour ce type d’images, ce n’est pas le critère esthétique ou la pensée critique qui détermine la sélection, mais le sentiment de familiarité qu’elles provoquent. C’est la sincérité de ces « souvenirs classiques » qu’il recherche comme photographe, et le geste d’insérer ses propres images dans l’archive anonyme est un retour aux fondamentaux de la photographie.

Le projet prend comme point de départ une identification, l’impression en filigrane des repères personnels du photographe, mais le mécanisme qui régit ce filigrane est tenu caché, soumis à un processus de censure : personne ne saura quelles sont les photos de Michele Bressan.

En recherchant des familiarités entre les images anonymes et son propre passé, Bressan s’invente de faux souvenirs et attire le regard sur ces zones d’où l’esthétique et la sincérité lui permettent d’extraire une histoire personnelle. Une manière de dire que le voyeurisme est une forme d’auto perception. Et la mémoire joue le rôle de liant entre ces fragments isolés, afin d’en donner une image cohérente.

Le projet est une collection de vues intérieures et de compositions anonymes, opportunités provoquées par des couleurs ou des événements, collection à laquelle Bressan mêle sa propre curiosité. Le seul critère de sélection des images est le besoin de transmettre ce que ces photographies suscitent. Le ressort de ce qui provoque ce besoin d’archivage n’est pas interrogé, car il est relevant en tant que tel, tout comme pour le ressort de la mémoire collective. Les photographies deviennent présent, en faisant place à ce qui est accidentel et de proximité : l’acte de photographier représente l’acceptation de circonstances imposées par le hasard.

En effaçant les barrières entre la photographie professionnelle et celle d’amateur, « Memories for my children » dépasse le cadre de l’anonyme album de famille rendu public, pour se présenter comme un héritage idéalisé.

Un projet de Michele Bressan
Commissaires de l’exposition : Andra Baltoiu & Michele Bressan
Période: 01/12/2010 – 30/01/2011
Adresse: 1 rue de l’Exposition 75007 Paris
Horaires: lundi-vendredi: 10h00-13h00/14h00-18h00

Le bilan de la troisième édition du festival Tzig’n Jazz : cinq soirées enflammées au Palais de Béhague

Le cymbalum, vedette du festival

Plus de 1100 spectateurs : la Salle Byzantine du Palais de Béhague, avec une capacité de 250 places, a été pleine chaque soir. Le festival Tzig’n Jazz s’est déroulé du 17 au 21 novembre 2010 dans le Palais de Béhague, à Paris (7ème). Un véritable joyau du patrimoine architectural français, le palais est le siège de l’Ambassade de Roumanie en France.

Plus de 35 musiciens sur scène : Tzig’n Jazz a de nouveau déroulé le tapis rouge pour des maîtres incontestés du jazz comme Didier Lockwood, Richard Galliano et Anne Ducros qui ont été accompagnés sur scène par une pléiade de musiciens tziganes ou jazzman, de véritables références dans leur domaine : Angelo Debarre, Tchavolo Schmitt, Rona Hartner, Costel Nitescu, Emy Dragoi….

Le cymbalum, un instrument méconnu, la vedette des concerts : Le public français a découvert le cymbalum, instrument peu utilisé dans le jazz occidental, mis a l’honneur pour cette troisième édition du Tzig’n Jazz. Les maîtres Kosty Lacatus, Giani Lincan, Marius Preda, Marius Mihalache, ont transformé  cet instrument traditionnel de la musique roumaine dans un instrument jazz, parfois à sonorités de guitare, parfois de piano.

Rona Harner et Irina Sarbu

Couleurs nouvelles pour Tzig’n Jazz : Le festival s’est ouvert cette année à l’ethno jazz et aux musiques du monde. La soirée du samedi 20 novembre a été dédiée à la musique traditionnelle tsigane avec le Taraf de Clejani, groupe fondé par deux anciens musiciens du fameux Taraf de Haidouks. La capacité de la Salle Byzantine s’est montrée insuffisante face à la demande du public.

Angelo Debarre au Palais de Béhague

Un message de liberté créative et de tolérance : « Notre message au public est un message de liberté », nous a déclaré Angelo Debarre, virtuose de la guitare tsigane, au début de son premier concert. Le concept du festival Tzig’n Jazz, celui de créer une atmosphère de liberté totale sur scène pour que les musiciens puissent improviser sans aucune contrainte, a fleuri cette année. Chaque soirée la playlist était un jeu entre les musiciens, dix minutes avant les concerts, et parfois, directement sur la scène. La troisième édition du festival a marque cette année la journée internationale de la tolérance (16 novembre) pour transmettre un message sur l’importance de l’inclusion sociale et de la tolérance.

Le festival Tzig’n Jazz a été organisé par Alin Predoi, directeur et initiateur du festival en partenariat avec l’Institut Culturel Roumain de Paris, et avec le soutien de l’Ambassade de Roumanie a Paris.

Texte et photo ©ICR Paris