La Follia de Timisoara à Paris sur des accords baroques

Un véritable succès parisien, le festival Nuits Baroques au Palais de Béhague, qui s’est déroulé du 6 au 9 juin 2011 dans la Salle Byzantine du Palais de Béhague, a accueilli pour sa première soirée nos amis de La Follia. Les musiciens, amoureux du baroque, provenant de Roumanie, Italie et Norvège sont descendu du haut de la scène pour se rapprocher de leur public.

Le chaleureux concert résumé ici par M. Francis Malek, reporter vidéo – nos remerciements pour cette vidéo :

Vladimir Cosma povesteşte… O întâlnire unică la Institutul Cultural Român de la Paris

Institutul Cultural Român din Paris invită marţi, 14 decembrie 2010 publicul francez la o întâlnire unică cu cel care l-a făcut pe Louis de Funes (alias Rabinul Iacob) să danseze : Vladimir Cosma urca pe scena Palatului Béhague pentru a-si povesti viata jurnalistului Vincent Perrot.

Vladimir Cosma, compozitor francez de origine romana este autorul muzicii din filme legendare ca Marele blond cu un pantof negru, La Boum, Diva, cateva productii Asterix sau Aventurile rabinului Iacob, unul din clasicele Louis de Funes. Compozitor al muzicii din mai bine de 300 de filme, si recent al operei Marius et Fanny, Vladimir Cosma isi va povesti viata si va interpreta cele mai cunoscute melodii ale sale.

Richard Sanderson (voce si pian), Sarah Pagin (voce), David Galoustov (vioara) et Philippe Catherine (chitara) il vor acompania pe Vladimir Cosma in interpretarea pieselor sale pe scena Salii Bizantine a Palatului Béhague.

Vincent Perrot, animator radio si TV, va dezvalui publicului, intr-un dialog cu maestrul, experientele de viata, povestea operelor sau anecdote din timpul filmarilor lui Vladimir Cosma. Vincent Perrot l-a intervievat deja pe Vladimir Cosma pentru cartea Vladimir Cosma comme au cinéma (Hors collection, 2009).

Vladimir Cosma s-a nascut intr-o familie de muzicieni romani. Traieste in Franta din 1963. Michel Legrand i-a propus in 1966 sa se ocupe de aranjamentele pentru piesele sale, iar la un an ii ofera sa compuna muzica din Alexandre le bienheureux (de Yves Robert). Este debutul unei cariere stralucitoare…

Institutul Cultural Roman de la Paris multumeste Ambasadei Romaniei in Franta pentru sprijinul acordat.
Evenimentul « Vladimir Cosma povesteste… », organizat de Institutul Cultural Roman de la Paris va avea loc in Sala Bizantina a Palatului Béhague, sediul misiunii diplomatice a Romaniei la Paris, marti 14 decembrie 2010, la ora 20.00.

Le bilan de la troisième édition du festival Tzig’n Jazz : cinq soirées enflammées au Palais de Béhague

Le cymbalum, vedette du festival

Plus de 1100 spectateurs : la Salle Byzantine du Palais de Béhague, avec une capacité de 250 places, a été pleine chaque soir. Le festival Tzig’n Jazz s’est déroulé du 17 au 21 novembre 2010 dans le Palais de Béhague, à Paris (7ème). Un véritable joyau du patrimoine architectural français, le palais est le siège de l’Ambassade de Roumanie en France.

Plus de 35 musiciens sur scène : Tzig’n Jazz a de nouveau déroulé le tapis rouge pour des maîtres incontestés du jazz comme Didier Lockwood, Richard Galliano et Anne Ducros qui ont été accompagnés sur scène par une pléiade de musiciens tziganes ou jazzman, de véritables références dans leur domaine : Angelo Debarre, Tchavolo Schmitt, Rona Hartner, Costel Nitescu, Emy Dragoi….

Le cymbalum, un instrument méconnu, la vedette des concerts : Le public français a découvert le cymbalum, instrument peu utilisé dans le jazz occidental, mis a l’honneur pour cette troisième édition du Tzig’n Jazz. Les maîtres Kosty Lacatus, Giani Lincan, Marius Preda, Marius Mihalache, ont transformé  cet instrument traditionnel de la musique roumaine dans un instrument jazz, parfois à sonorités de guitare, parfois de piano.

Rona Harner et Irina Sarbu

Couleurs nouvelles pour Tzig’n Jazz : Le festival s’est ouvert cette année à l’ethno jazz et aux musiques du monde. La soirée du samedi 20 novembre a été dédiée à la musique traditionnelle tsigane avec le Taraf de Clejani, groupe fondé par deux anciens musiciens du fameux Taraf de Haidouks. La capacité de la Salle Byzantine s’est montrée insuffisante face à la demande du public.

Angelo Debarre au Palais de Béhague

Un message de liberté créative et de tolérance : « Notre message au public est un message de liberté », nous a déclaré Angelo Debarre, virtuose de la guitare tsigane, au début de son premier concert. Le concept du festival Tzig’n Jazz, celui de créer une atmosphère de liberté totale sur scène pour que les musiciens puissent improviser sans aucune contrainte, a fleuri cette année. Chaque soirée la playlist était un jeu entre les musiciens, dix minutes avant les concerts, et parfois, directement sur la scène. La troisième édition du festival a marque cette année la journée internationale de la tolérance (16 novembre) pour transmettre un message sur l’importance de l’inclusion sociale et de la tolérance.

Le festival Tzig’n Jazz a été organisé par Alin Predoi, directeur et initiateur du festival en partenariat avec l’Institut Culturel Roumain de Paris, et avec le soutien de l’Ambassade de Roumanie a Paris.

Texte et photo ©ICR Paris

Richard Galliano sur la Salle Byzantine du Palais de Béhague: « C’était vraiment une découverte ‘‘choc’’ pour moi »

Richard Galliano

L’Institut Culturel Roumain de Paris a eu l’honneur de présenter deux concerts avec la participation de Richard Galliano dans le cadre des festivals Nuits Classiques au Palais de Béhague et Tzig’n Jazz 2010. Lors du premier concert (Nuits Classiques au Palais de Béhague) Richard Galliano a eu l’amabilité de partager ses impressions:

Reporter : Monsieur Galliano, vous jouez pour la première fois dans la salle byzantine de l’Ambassade Roumaine de France. Comment avez-vous trouvé la salle ?

Richard Galliano : C’était vraiment une découverte ‘‘choc’’ pour moi. C’est une salle qui a beaucoup d’âme. Elle est très musicale et elle a gardé une très belle résonnance. Je la trouve idéale  pour la musique acoustique. Elle nous permet d’obtenir un très bon contact avec le public.

Salle Byzantine du Palais de Béhague

R : Etait-ce la première fois que vous jouez Les Danses Populaires Roumaines de Bartok ?

RG : Je connais les Danses Roumaines de Bartok depuis longtemps. J’ai eu l’occasion de les jouer avec plusieurs amis violonistes. La version accordéon-violon de ces Danses est très juste parce qu’elle est très proche de l’original. C’est quelque chose qui doit rester proche du folklore, de ‘‘la musique de la terre’’.

R : Cette musique trouve alors naturellement sa place, ici, à l’Ambassade Roumaine de Paris ?

RG : C’est une évidence de jouer cette musique ici. J’ai aussi aimé la programmation du spectacle. Passer ainsi de la musique de Bartok et ses influences folkloriques à Ravel et son blues. Après, il y a eu Martinu avec sa musique presque populaire. Même le bis que j’ai joué, à la fin, avec Sarah, « La valse à Margaux », était inspiré de notre folklore à nous. J’aime quand les musiques se rejoignent et quand on casse les frontières.

R : Vous avez joué avec beaucoup de passion le « Libertango » de Piazzolla. Est-ce aussi parce que vous l’avez connu personnellement ?

RG : J’ai eu la chance de connaître Astor Piazzola et d’être ami avec lui. Il m’a donné des conseils très importants qui ont contribué à ma réalisation. Cependant, je n’ai jamais essayé de le copier ou de l’imiter, même si je reconnais qu’il m’a beaucoup inspiré. Le « Libertango », je le joue à ma manière car c’est dans le titre ‘‘la liberté du tango’’. Tous ces genres de musiques : le tango, la musette, la danse folklorique, doivent être joués ainsi « Libertango » c’est-à-dire que l’on doit se les approprier. Je le joue dans presque tous mes concerts et depuis des années. C’est toujours ‘‘un poème’’ de rencontres.

R : Avez-vous ressenti une certaine alchimie en jouant avec Sarah Nemţanu ?

RG : C’était magnifique ce soir avec Sarah. C’est une musicienne de talent avec une grande musicalité et beaucoup de souplesse. J’aime jouer avec des musiciens comme ceux-là quand nous avons l’impression d’être connectés à la microseconde dans nos intentions, dans notre tempo. Ce fut vraiment une belle rencontre.

 

Interview réalisé par Daniel TINCU

Nuits Classiques au Palais de Béhague

Paris, du 27 septembre au 3 octobre 2010 : Une pléiade de musiciens de premier rang, roumains et français, ouvre les portes du Palais de Béhague pour le festival Nuits classiques au Palais de Béhague.

Richard Galliano, Jean-Claude Vanden Eynden, Jean-Claude Pennetier, Gordan Nikolic ou Gilles Apap rejoignent des artistes roumains de la scène internationale comme Sarah Nemtanu, Dana Ciocarlie et le Quatuor Enescu, afin de mettre en valeur l’œuvre du compositeur roumain George Enescu et de ses contemporains européens.

Carte blanche aux musiciens pour une série des concerts surprenants et une programmation romantique : Richard Galliano se détournera du jazz pour jouer le « Csardas » et les « Danses Roumaines » de Bartok avec Sarah Nemtanu. Jean-Claude Pennetier, invité spécial, propose un programme autour de Fauré et Ravel. Antonina Zharova, Christophe Poiget, Rémi Delangle et Bogdan Bitică présenteront le « Quatuor pour la fin des temps » de Messiaen. Dana Ciocarlie et Gilles Apap se réuniront autour d’une soirée surprise. Le Quatuor Enescu invitera Jean-Claude Vanden Eynden.

Nuits classiques au Palais de Béhague est organisé par l’Institut Culturel Roumain à Paris en collaboration avec l’Ambassade de Roumanie en France et le FICEP (Forum des Instituts Culturels Etrangères à Paris) dans le cadre de la 9e Semaine des Cultures Etrangères à Paris, ensemble d’événements dédiés au patrimoine de 46 pays. Direction artistique : Alin Predoi.

A l’occasion de la Semaine des Culture Etrangères qui se déroule cette année sous le signe du patrimoine, pour célébrer ce monument d’exception qui est le Palais de Béhague, l’Institut Culturel Roumain et l’Ambassade de Roumanie en France offrent au public parisien ce festival de musique classique.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservations obligatoires pour chaque soirée: 01 47 05 15 31; institutroumain@yahoo.fr (SVP mentionnez la date de la réservation au sujet du message).

PROGRAMME:

27 septembre, 20h00

Sarah Nemtanu (violon) invite: Romain Descharmes (piano), Lise Berthaud (alto),

Richard Galliano (accordéon).

Au programme: Enescu, Bartok …

28 septembre, 20h00

Dana Ciocarlie (piano) invite Gilles Apap (violon).

Au programme: Enescu, Schubert, Bartok.

29 septembre, 20h00

Bogdan Bitica (piano) invite Jean-Claude Pennetier (piano).

Au programme: Fauré, Ravel

Antonina Zharova (violoncelle), Christophe Poiget (violon), Rémi Delangle (clarinette), Bogdan Bitica (piano).

Au programme: Messiaen (Quatuor pour la fin des temps).

30 septembre, 20h00

Radu Bitica (violon) invite Gordan Nikolic (violon), Marion Gailland (violoncelle), Natasa Grujic (violon), Natalia Tchitch (alto), Céline Flamen (violoncelle), Goran Gribaicevic (violon) …

Au programme: Mendelssohn (Octuor), Strauss (Sextuor), Bartok.

2 octobre, 20h00

Soirée découverte jeunes talents :

Marie-Anne Faupin (piano), François Frémeau (trompette), Livia Stanase (violoncelle), Mara Dobrescu (piano), Varduhi Yeritsyan (piano), Andreea Soare (soprano).

Au programme : Prokofiev, Bartok, Enescu, Bach, Grieg,  airs folkloriques roumains…

3 octobre, 20h00

Quatuor Enescu invite Jean-Claude Vanden Eynden (piano).

Au programme : Haydn, Enescu, Schumann…

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Réservations obligatoires pour chaque soirée: 01 47 05 15 31; institutroumain@yahoo.fr (SVP mentionnez la date de la réservation au sujet du message).

Palais de Béhague – Salle Byzantine

123 rue Saint-Dominique, 75007 Paris M°8 Ecole Militaire

Plus de détails sur : www.institut–roumain.org