Gaëtan Rousselet, photographe : « La Roumanie est un pays lourd et céleste à la fois »

Il connait bien la Roumanie : pendant deux ans l’ethnographe et photographe belge Gaëtan Rousselet a habité presque plus au Maramures qu’en Belgique. Il a suivi les bergers roumains en transhumance, et ses photos parlent autant de traditions centenaires que d’un avenir chargé de transformations.

Gaëtan Rousselet au vernissage de "Transhumance" (une expo de la galerie RDE)

Gaëtan Rousselet nous offre un « flash » sur son expérience roumaine. Les photos racontent le reste de l’histoire : « Transhumance », galerie Rue de l’Exposition (Institut Culturel Roumain de Paris), exposition ouverte jusqu’au 31 mars. 

 www.ruedelexposition.fr

06 mars 2012 à 19h Conférence avec : Anne-Marie Brisebarre, ethnologue, Directrice de recherche (CNRS) & Gaëtan Rousselet, photographe

Vous avez pendant deux ans effectué de nombreux séjours en Roumanie dans la région du Maramures. Comment avez-vous décidé d’aller en Roumanie?

Chaque voyage effectué jusqu’ici a toujours été provoqué par une volonté d’obtenir d’un certain réel une autre image que celle que je pouvais recevoir des médias. Concernant la Roumanie, je fête cette année les 10 ans de mon premier voyage dans cette région fascinante de l’Est de l’Europe ! Je me revois encore sur le tarmac d’Otopeni à me demander comment et par où j’allais entamer ma route qui devait durer dix jours pour commencer. Elle m’a finalement ramené à l’essentiel : « être et temps »…

En deux phrases, comment définiriez-vous votre expérience roumaine?

Il me faudrait un roman ! J’aimerais d’ailleurs avoir le courage et le temps de raconter tout cela, toutes ces expériences humaines des plus riches que j’ai pu y vivre. La Roumanie est un pays lourd et céleste à la fois. C’est toujours ce que j’ai pu y constater et y ressentir, une force tellurique empreinte d’une sorte de grande nostalgie dramatique !

Vous étudiez  l’anthropologie mais vous êtes aussi devenu photographe. Quelle est l’importance de la photographie dans votre activité de recherche?

(…) il faudrait béatifier les bergers ! Je veux dire, honorer leur mémoire et le cœur ; leur vérité.

L’ethnographie est le premier moment de la démarche anthropologique : il consiste à rassembler des données, qu’elles soient d’ordre écrit, visuel ou objectal. La photographie est un outil d’investigation qui ne devrait pas se limiter à être un support mais qui doit, selon moi, s’assurer d’un langage exigeant et précis, au même titre que le texte : l’une et l’autre se complètent pour produire des messages forts sur le réel.

En l’occurrence, la tradition du reportage documentaire correspond à cette exigence.

Qu’est qui vous a impressionné le plus chez les bergers roumains?
Avez-vous des expériences inédites à raconter ?

Leur courage et leur force, celles que nos préjugés urbains ont tendance à relativiser ou à bêtifier… Au contraire, il faudrait béatifier les bergers ! Je veux dire, honorer leur mémoire et le cœur ; leur vérité. Des expériences ? Je les raconterai bientôt…

GALERIE RUE DE L’EXPOSITION, UN PROJET ® INSTITUT CULTUREL ROUMAIN

Propos recueillis par : Olivia Horvath

Une réflexion au sujet de « Gaëtan Rousselet, photographe : « La Roumanie est un pays lourd et céleste à la fois » »

  1. Ping : PHOTOGRAPHY: Transhumance | Romanian Itineraries

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s