La Roumanie face à son passé communiste

Vendredi soir. 18h. Salle de conférence de l’Institut Culturel Roumain de Paris. L’équipe de l’Institut s’anime pour tout mettre en place à temps pour le débat de ce soir, à l’occasion du lancement du livre La Roumanie face à son passé communiste, d’Alexandru Gussi. Le sujet a éveillé l’intérêt des curieux, étudiants, professeurs, amateurs d’histoire, roumains comme français. La salle est pleine à craquer, le débat peut commencer.

Les invités font honneur à l’Institut, tout comme à l’ouvrage et à son auteur : Vladimir Tismăneanu, analyste politique, professeur à l’University of Maryland,  sociologue et spécialiste en politiques comparées ; ainsi que Florin Ţurcanu, historien et chercheur à l’Institut d’Etudes Est-Européennes de Bucarest.

Au travers de son ouvrage, Alexandru Gussi veut réfuter la thèse selon laquelle le rapport au passé communiste n’est plus nécessaire pour comprendre le présent et le futur de la scène politique roumaine. Convaincu du contraire, il considère que les cultures politiques actuelles se forment à partir de la mémoire et du rapport au passé.  Que ce soit une culture profondément anti-communiste ou bien une culture de l’oubli et de la tabula rasa, il n’en n’est pas moins vrai qu’elle se construit sur les bases d’une mémoire collective. « Ce mort-vivant qu’est le communisme roumain a continué à nourrir et à conditionner le politique », tranche Florin Ţurcanu. La mémoire du communisme sert encore à créer des identités politiques.   Pour la scène politique roumaine, la question du passé a toujours été épineuse et le pays se distingue par son attitude envers les victimes de l’ancien régime et de la révolution qui sont perçues comme un danger pour la démocratisation. Comme le souligne Florin Ţurcanu, il existe en Roumanie une tension constante entre démocratie et retour sur un passé douloureux. Et pourtant, « chaque individu a besoin de tranquillité vis-à-vis de son passé », ajoute-t-il.

Vladimir Tismăneanu parle « d’exorcisme par la connaissance » en se référant à la fondation d’une société et d’un nouvel ordre politique. Connaître et comprendre pour pouvoir se délivrer du démon du passé et poser des bases saines et solides pour l’avenir. Il fait là référence au Liseur de Bernhard Schlink, qui centre son ouvrage sur la question de la mémoire, de l’amnésie, et met en exergue  la force destructrice du silence. « Quand on construit une démocratie, on a besoin de vérité », dit-il. Plus qu’un simple désir de justice, il s’agit également d’une volonté politique.

« Ouvrage simultanément prophylactique et thérapeutique ». C’est ainsi que Vladimir Tismăneanu résume l’essence de l’ouvrage d’Alexandru Gussi. Il soigne les maux du passé et met en garde contre ceux du futur.

 
Alexandru Gussi est docteur en sciences politiques de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est conseiller présidentiel et enseignant à la Faculté de Sciences Politiques de Bucarest. Il concentre ses recherches sur la démocratisation et le rôle de la mémoire dans la définition et l’évolution des cultures et des identités politiques.

La Roumanie face à son passé communiste – Mémoires et cultures politiques, Alexandru Gussi, Editions L’Harmattan, 2011.

 

Claudia Droc

Publicités
Ce contenu a été publié dans debats par institutroumain. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos institutroumain

L’Institut Culturel Roumain de Paris porte toute l’effervescence de la culture roumaine en France. Notre principale mission est celle de nourrir les liens historiques entre les cultures vivantes roumaine et française. www.ruedelexposition.fr Paris 7ème : 1 rue de l'Exposition, M° Ecole Militaire (ligne 8) Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi : 10 h – 13 h et 14 h – 18 h

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s